Comment passer de victime à visionnaire ?

Passer d'un stade de victime à un stade de visionnaire est quelque chose qui s'apprend, et qui est indispensable au succès.

Il est évident que la grande majeure partie de la population sont des victimes, de la société, de la vie en général.

Elle se laisse diriger par les codes que les gens autour d’eux leur imposent, subit la vie et réagit aux changements au lieu de créer elle-même des changements.

Je ne suis pas là pour blâmer qui que ce soit, tout le monde ne peut pas être visionnaire, sinon ce serait un grand n’importe quoi.

C’est exactement comme le fait que tout le monde ne peut pas être chef d’entreprise, il faut bien des salariés si nous voulons que les entreprises tournent.

Je ne prétends pas moi-même être un grand visionnaire, mais j’essaye d’anticiper au maximum les choses pour créer les opportunités et les changements, avant que le monde ne me les impose.

J’ai été une victime, et voici mes conseils pour grandir vers le stade de visionnaire d’après mon expérience actuelle.

 

Dans cet article :

  • Arrêter de vouloir suivre le groupe
  • Se créer ses propres idées
  • S’imposer

 

Arrêter de vouloir suivre le groupe

 

Caractéristique numéro 1 de la victime : elle ne peut s’empêcher de suivre le groupe.

S’il fait un peu à gauche, la victime commencera à paniquer jusqu’à ce qu’elle ait effectué ce pas pour se remettre dans le rang.

Ne cherche pas toujours à être aligné, bien à ta place. Ose parfois sortir du groupe pour aller faire quelques petites choses de différentes. Qui sait, tu pourrais bien te retrouver à les dépasser en les contournant.

Caractéristique numéro 2 de la victime : Elle fuit l’inconnu de toutes ses forces.

Que l’inconnu te fasse peur, c’est une chose ; que tu fuis l’inconnu comme la peste en est une autre.

N’hésite pas à explorer les choses peu explorées ou réputées dangereuses, tu pourrais y apprendre des choses formidables sur toi-même, ainsi que sur le monde qui t’entoures (je parle ici de situations, de projets, par de zones géographiques, que ce soit clair).

Caractéristique numéro 3 de la victime : Il lui faut absolument quelqu’un pour lui montrer le chemin, pour l’accompagner, sans arrêt.

Il est important d’avoir des mentors, des gens qui nous inspirent, qui nous aident. Mais ne tombe pas dans le piège de toujours avoir besoin de quelqu’un pour te dire quoi faire ou pour te consoler quand tu te sens mal.

Apprends à vivre par toi-même, apprend à trouver des solutions

Caractéristique numéro 4 de la victime : Elle ne peut rien faire sans l’approbation d’autrui.

Si tu veux faire quelque chose, fais-le, arrête d’attendre le feu vert de je ne sais qui. Teste des choses puis tu verras ce qui arrive ; crée-toi ta propre expérience.

Tu peux demander des conseils, des avis, mais peu importe ce que tu reçois, ça ne doit pas t’empêcher de tester par toi-même ou d’y réfléchir sérieusement et de prendre la décision seulement grâce à ta réfléxion, sans te laisser influencer.

 

Se créer ses propres idées

 

Sortir du groupe signifie donc aussi se créer ses propres idées.

Je sais à quel point il est tentant d’accepter les idées de la majorité en te disant qu’après tout, c’est sûrement la vérité si tout le monde le dit, et que tu n’as pas le temps de te prendre la tête avec ça.

Seulement, laisse-moi te dire que la majorité des gens te donne des idées préconçues sur les gens, les situations, la vie, qui sont fausses.

Pas tout le monde, pas sur tous les sujets, mais la plupart du temps tout de même.

Je sais que c’est difficile, mais réfléchis.

Observe les choses, écoute les gens, analyse les situations, les personnes, celles qui réussissent et celles qui échouent, réfléchis à tout ça et fais-toi des synthèses.

Crée-toi tes propres idées, tout simplement.

Tu dois donc avoir ton propre avis sur le monde et sur ce qu’il contient, mais également sur tes projets.

Ne laisse personne te dire ce que tu devrais faire, ou comment.

Laisse-toi la liberté de décider de ce que tu veux pour toi-même, de décider comment tu vas le faire.

Si ça fonctionne directement, tant mieux. Si ça rate, tu auras appris et te remettras en selle pour de nouvelles expériences.

Il n’y a pas vraiment de risques à penser par soi-même et à sortir des sentiers battus, il te suffit d’avoir le bon état d’esprit, ce sera ton bouclier.

 

S’imposer

 

La dernière chose à faire pour quitter la position de victime et entrer dans le monde des visionnaires, c’est de t’imposer.

Ose imposer tes idées au monde, ne te cache pas.

Je ne dis pas que tu dois les lancer à tout le monde en essayant à tout prix de les faire adopter, au contraire, ne retombe pas dans ce piège de l’approbation.

Seulement, tu dois pleinement assumer tes positions, que ça plaise ou non.

Fais ce que tu dois faire, sans t’occuper de qui que ce soit. Tant que tu ne fais de mal à personne sur ton parcours, fais absolument ce que tu veux.

Si quelqu’un expose son idée et que tu n’es pas d’accord, n’hésite pas à t’imposer en exposant la tienne, en toute humilité et avec un respect le plus total.

Vis pour toi-même, par tes propres règles, et devient l’être précis que tu veux être, pas juste une bouillie de tous les gens que tu as rencontrés, qui ne fait que de retourner sa veste pour plaire à tout le monde.

Dans tes affaires comme dans ta vie personnelle, c’est pareil. Impose ta personne par-dessus toute tentation extérieure.

Sois fidèle à toi-même. Par exemple, ne fais jamais une impasse sur une de tes valeurs pour une somme d’argent ou une faveur (peu importe le montant ou l’importance de la chose).

Si tu le fais, c’est ce qu’on appelle de la prostitution, et je ne connais personne de confiance qui ferait affaire avec quelqu’un qui se prostitue sans arrêt pour un petit avantage.

Ce genre de personnes sont rarement loyales, pourtant une qualité indispensable à de bonnes relations et à de bons partenariats.

 

Si tu souhaites aller plus loin, visite la page de nos programmes avancés en cliquant sur cette phrase.

Tu peux également retrouver la version podcast de cet article sur YouTube à ce lien :

 

About The Author

Kenny Sureau

Kenny Sureau est le créateur du blog successmindset.fr.Kenny est depuis 5 ans maintenant passionné par le développement du soi profond. Il a pratiqué cet art jour après jour, expérience après expérience, et a appris de nombreuses leçons sur lui, son entourage, ou bien le phénomène de la vie elle-même.Aujourd’hui auteur, formateur et coach personnel en développement personnel ; Kenny est déterminé à vous apporter aide, conseils et soutien dans votre développement à travers son accompagnement personnalisé, son livre, ainsi que ses formations.Ce qui rend Kenny éligible à ces postes, c’est qu’il aime apprendre toujours plus. N’arrêtant jamais de se questionner et de remettre en question ses croyances, il évolue constamment pour son propre bien ainsi que pour celui de tous ses clients.Armé de sa jeunesse, de son enfance aux évènements marquants et de sa prise de conscience à l’adolescence, il est à même de vous offrir une vision fraîche, mais réfléchie du développement personnel.La motivation est toujours à son paroxysme, les conseils toujours pertinents, et surtout, il ne vous abandonnera jamais face à une situation compliquée.